Réseaux


Article


Les réseaux impliquant les enseignements adaptés proposés en SEGPA et en EREA


Le concept et le modèle du réseau a émergé dans le champ éducatif dans les années quatre vingt dix. Le Nouveau Contrat pour l’Ecole l’a officialisé. Une de ses décisions prescrit la mise en réseau des écoles et des établissements du système éducatif (décision 107). Il s’agit de réseaux d’institutions ou de dispositifs d’éducation et de formation et non de réseaux d’acteurs – comme dans des réseaux d’aide prônés dans le premier degré. Une convention fonde le réseau et lie les différentes instances de formation. Le modèle du réseau est transversal au système éducatif. Il n’est pas spécifique à l’AIS. Néanmoins, il prend des formes particulières dans le champ de l’AIS, en particulier dans le second degré, quand une visée professionnelle inspire les formations proposées.

La problématique des réseaux est complexe. Elle peut être clarifiée si la fonction des réseaux instaurés est précisée. A partir de l’analyse du Nouveau Contrat pour l’Ecole, il apparaît que trois fonctions sont imparties aux réseaux d’éducation et de formation. A travers eux, il s’agit de mieux gérer les ressources humaines et matérielles d’un groupe d’établissements. Un certain nombre de problèmes sont mieux posés et traités dans l’espace du réseau que selon les seuls moyens de l’établissement – par exemple, en matière de remplacement de personnels.

Une seconde fonction du réseau consiste à élargir et ouvrir l’offre de formation proposée aux élèves et à leurs familles dans une zone géographique déterminée. Quelles que soient la taille et les ressources d’un établissement, cette offre est nécessairement limitée. La gamme de formations d’un réseau bien constitué est plus large et diversifiée. Elle permet de mener une politique d’orientation des élèves plus crédible et efficace.

Une autre fonction du réseau est de favoriser les interactions entre les personnels, en particulier entre les enseignants. Il incite à échanger les expériences, les informations et les documents et induit à terme des conduites innovantes.

Ces trois fonctions ne sont pas exclusives l’une de l’autre. Elles concernent des « destinataires » différents : l’équipe de direction, les élèves et les personnels. Mais selon les réseaux l’une de ces fonctions peut primer et l’emporter sur les autres. Le souci de gestion s’avère parfois si prégnant qu’il s’exerce au détriment de l’offre de formation ou des échanges pédagogiques. Pourtant les trois fonctions imparties aux réseaux éducatifs et formatifs sont susceptibles de se combiner. Ce qui n’exclut pas qu’elles soient quelquefois concurrentes et mettent alors le réseau sous tension.

C’est la détermination des fonctions du réseau qui contribue à préciser ses enjeux et ses objectifs, à choisir ses partenaires et dessiner sa zone d’extension géographique.

Dans les formations adaptées à visée professionnelle, dont les SEGPA et les EREA assurent la responsabilité, plusieurs types sont possibles. Certains ont déjà été expérimentés. Ainsi plusieurs SEGPA peuvent être en réseau avec un LP, un CFA ou un EREA. Elles sont aussi à même de constituer un réseau entre elles. Un EREA sera en réseau avec un LP et/ou un CFA, ou encore avec un GRETA, spécialisé ou non. Il peut aussi s’organiser en réseau avec plusieurs SEGPA.

Même si ces différents réseaux sont compatibles entre eux, il convient de bien les identifier, car ils correspondent à des enjeux et des objectifs distincts. Ainsi à travers la constitution d’un réseau SEGPA/LP, il s’agit d’articuler les différentes phases d’une formation professionnelle dans le cadre de la formation initiale, sous le régime de l’alternance sous statut scolaire. L’enjeu est un choix professionnel amélioré, des acquis mieux reconnus à chaque phase de la formation, un accès à la qualification facilité et un accompagnement pédagogique garanti par un passage de relais concerté entre les instances de formation.

Lorsqu’il est question d’un réseau EREA/GRETA, l’enjeu est différent. Il s’agit cette fois d’articuler la formation initiale et la formation continue de jeunes en difficulté, pour les inciter à poursuivre leur formation, mais en variant statuts, lieux, formes et modes de formation. Ce type de réseau visera plus que d’autres une insertion professionnelle et l’entrée dans la vie active. Le régime de formation et de socialisation des jeunes se transforme au sein même de ce type de réseau.

Il apparaît aussi qu’un réseau réalisé entre plusieurs SEGPA se donnera d’autres enjeux que les précédents. Dans ce cas, il s’agira surtout d’ouvrir l’offre de formation proposée aux élèves, de mieux fonder le choix d’une orientation professionnelle et de faciliter la construction d’un projet de l’adolescent.

Chaque type de réseau correspond à une problématique spécifique. Sa création comme sa mise en œuvre doivent faire l’objet d’une étude de cas. Même s’il est possible d’élaborer un cahier des charges pour chaque type de réseau, il conviendra pourtant d’examiner dans le cadre d’un bassin de formation quels sont les réseaux possibles. Il faudra analyser, après une enquête de terrain, la faisabilité de chacun d’eux. Un réseau ne se décrète pas. Il émerge de la mise en relation d’un certain nombre de possibilités latentes. Il suppose aussi que les instances de formation articulées entre elles sont suffisamment différenciées les unes par rapport aux autres pour être complémentaires et non pas concurrentes. Enfin, dans un même bassin, plusieurs types de réseau peuvent se combiner : des SEGPA en réseau sont susceptibles d’articuler leurs dispositifs de formation avec un LP ou un CFA, voire un EREA.

Pour autant, la compatibilité des réseaux entre eux n’est pas automatique. Elle reste à examiner et à rechercher dans ses modalités de réalisation. A l’examen des expériences en cours les réseaux impliquant les SEGPA et les EREA paraissent un instrument efficace d’innovation pour les formations adaptées. Lors de leur mise en œuvre s’opère le passage d’un système fermé à un système ouvert, plus dynamique mais aussi plus complexe dans sa gestion.

Textes officiels


Les mises en réseau des structures et établissements adaptés dans le second degré : textes officiels de référence.

Pour mémoire


Loi d’orientation sur l’Education n° 89-486 du 10 juillet 1989, article 18, BOEN spécial n° 4 du 31 août 1989 (art. 18) Circulaire n° 89-036 du 6 février 1989, BOEN n° 7 du 16 février 1989, pp. 467-468 Circulaire d’orientation : enseignements généraux et professionnels adaptés (abrogée)

Circulaire n° 90-065 du 20 mars 1990, BOEN n° 13 du 29 mars 1990, p. 894. Enseignements généraux et professionnels adaptés : admission et orientation scolaire des élèves (abrogée)

Circulaire n° 90-340 du 14 décembre 1990, BOEN n° 47 du 20 décembre 1990, pp. 2973-2976. Organisation des enseignements généraux et professionnels adaptés (abrogée)

Nouveau Contrat pour l’Ecole,, BOEN n° 25 du 23 juin 1994 Décision 36 (p. 1741, non numérotée, entre les décisions 29 et 58) Décision 107 (p. 1746) concernant « la mise en place de réseaux d’établissements »

Circulaire n° 96-167 du 20 juin 1996 (§4.2), BOEN n° 26 du 27 juin 1996, pp. 1798-1806 Enseignements généraux et professionnels adaptés dans le second degré.

En vigueur


Circulaire n° 95-127 du 17 mai 1995, BOEN n° 22 du 22 juin 1995, pp. 1881-1884 Etablissements régionaux d’enseignement adapté

Loi de programmation du « nouveau contrat pour l’école » n° 95-836 du 13 juillet 1995, JO du 14 juillet 1995 (art. 18bis, p. 10543)

Application de l’article 54 de la loi quinquennale sur le travail, l’emploi et le formation professionnelle. Note de service n° 95-066 du 16 mars 1995, BOEN n° 12 du 23 mars 1995, pp. 1076-1078

Note de service n° 98-128 du 19 juin 1998, pp. 1412-1417 Mise en œuvre de la rénovation des enseignements généraux et professionnels adaptés dans le second degré.

Circulaire n° 98-129 du 19 juin 1998, BOEN n° 26 du 25 juin 1998, pp. 1418-1424 Orientations pédagogiques pour les enseignements généraux et professionnels adaptés dans le second degré.

Loi 2005-380 du 23 avril 2005 (article 37).

« Les collèges, lycées et centres de formation d’apprentis, publics et privés sous contrat, relevant de l’éducation nationale, de l’enseignement agricole ou d’autres statuts, peuvent s’associer au sein de réseaux, au niveau d’un bassin de formation, pour faciliter les parcours scolaires, permettre une offre de formation cohérente, mettre en œuvre des projets communs et des politiques de partenariats, en relation avec les collectivités territoriales et leur environnement économique, culturel et social ».

Circulaire n°139 du 29 août 2006 (§2.2).


Document de guidance


Les mises en réseau dans les formations adaptées (SEGPA et EREA) Document de guidance

Comment est défini le réseau dans votre académie ou votre département ou votre « bassin de formation » ? Comment se forme le réseau ?
  • zone géographique couverte
  • éléments constitutifs
  • limites du réseau Quelles sont les fonctions assignées au réseau ? Quels sont les acteurs impliqués dans le réseau ? Quels sont les objectifs du réseau ? Quelle est la convention entre les institutions concernées par le réseau ? Quelles sont les activités du réseau ? Comment a-t-il été créé ? Comment a-t-il été mis en place ? Comment est-il organisé ? Comment est-il mis en œuvre ? Quel est son mode de fonctionnement ? Son mode de gestion ?

Quel est le rapport entre le réseau et la politique académique et/ou départementale ? Quels sont (ont été) les obstacles et les résistances à la création du réseau ? A sa mise en œuvre ? Quels sont les instruments et documents élaborés par le réseau ? De quelle logistique dispose le réseau ? Quel est le responsable ou l’animateur (ou le coordonnateur) du réseau ? Quels sont les facteurs et les conditions favorisant les mises en réseau ? Quels sont les critères et indicateurs d’évaluation possibles d’un réseau ? Quels sont les effets induits par une mise en réseau ? Quelle connaissance du réseau ont ses membres ou utilisateurs ? Comment sont-ils informés et comment communiquent-ils entre eux ? Quels sont les références et le langage communs du réseau ?

Pour chaque réseau, dans le cadre d’une étude de cas, il conviendrait de faire un historique de la mise en place de ce réseau, préciser son cahier des charges, élaborer un projet et un plan d’action du réseau, négocier une convention qui fonde la coopération entre les partenaires, avec leurs droits et obligations respectives.

Bibliographie


Bibliographie succincte sur les mises en réseau dans le système éducatif en général et particulièrement dans les enseignements adaptés

Livres :

  • FERRERO Max et coll., L’éducation et ses réseaux (Actes d’un colloque), Paris 1988, INRP.
  • NEUSCHWANDER Claude, L’acteur et le changement. Essai sur les réseaux, Paris 1991, Seuil.
  • PARROCHIA Daniel, Philosophie des réseaux, Paris 1993, PUF
  • BAKIS Henry, Les réseaux et leurs enjeux sociaux, Paris 1993, PUF
  • CHARLOT Bernard et coll., L’école et le territoire : nouveaux espaces, nouveaux enjeux, Paris 1994, A. Colin
  • SERIEYX Hervé et coll., Face à la complexité, mettez du réseau dans vos pyramides, Paris 1996, Village Mondial.
  • LOUIS François et TROCME Brigitte, L’association en réseaux d’établissements scolaires, Paris 1996, C.N.D.P.
  • AUBREY Bob, S’organiser en réseau, Education et management n° 7, Juin 1991, pp. 56-59


Revues :

  • Revue Pour n° 132, décembre 1991 : Le clair-obscur des réseaux.
  • Revue du CERFOP n° 9, décembre 1994, pp. 157-162, article de : LERAY Joëlle, IEN/AIS (Vannes), « La mise en réseau de S.E.S. : un des points-clés de la rénovation des enseignements généraux et professionnels adaptés dans le Morbihan – diversification des options professionnelles ».
  • Revue du CERFOP n° 9, décembre 1994, pp. 179-183, article de : MICHEL Solange, proviseur de LP, « Pratique de modules de formation SEGPA/LP » (Dijon).
  • Revue du CERFOP n° 10, décembre 1995, pp. 171-174, article de : LINGLART Claudine, « Expérience d’une formation intégrée dans une SES » (Lille).
  • Revue du CERFOP n° 11, décembre 1996, pp. 3-108 : « Actes du colloque 96 sur les mises en réseau des structures et établissements adaptés dans le second degré ».
  • Revue du CERFOP n° 12, décembre 1997, pp. 97-131, article de : BENATRE Christian, « L’accompagnement des jeunes issus de SEGPA dans leur accès à la qualification ».
  • Revue du CERFOP n° 12, décembre 1997, pp. 107-114, article de : BOURREL Michel et DUMONT Bernard, « Des SEGPA vers les CFA, l’accompagnement de l’apprenti (La Flèche/Le Mans) ».
  • Revue du CERFOP n° 13, décembre 1998, pp. 157-162, article de : TERZI Bernard, « Une mise en réseau SEGPA/LP dans la Marne ».
  • Revue du CERFOP n° 13, décembre 1998, pp. 163-170, article de : GOURDON Alain, « Expérience de partenariat SEGPA/CFA dans le Morbihan ».
  • Revue du CERFOP n° 13, décembre 1998, pp. 171-181, article de : DUPRAT Alain et BRANGER Jacqueline, « Une formation CAP en LP pour des jeunes issus de SEGPA dans le Maine et Loire ».
  • Revue du CERFOP n°18, pp.105 & sv.Yves Courant. « Partenariats SEGPA/LP/CFA »
  • Revue du CERFOP n°19, pp.133 & sv.Brigitte Simon. « Accueil au lycée professionnel de Granville d’élèves issus de SEGPA »
  • Revue du CERFOP n°20, pp.55 & sv.Fabienne Lévy. « Un partenariat CFA-SEGPA dans une perspective de qualification (Laval) »
  • Revue du Cerfop n°20, pp.45 & sv.Yves Courant. « Mise en réseau de SEGPA entre elles et partenariats avec des établissements de formation professionnelle dans le bassin d’Angers »
  • Revue du CERFOP n°21, pp.111 & sv.Gérard Halimi. « Mise en place d’actions favorisant l’insertion professionnelle d’élèves de SEGPA (87) »
  • Revue du CERFOP n°21, pp.77 & sv.Michel Fiorése. « La mise en réseau des établissements de formation professionnelle du bassin d’Épinal »
  • Revue du CERFOP n°22, pp.151 & sv.Jean-Jacques Bocquier. « Mise en réseau de SEGPA entre elles & avec des CFA. »
  • Courrier de Suresnes n° 60, mai-juin 1994, pp. 35-60, dossier de : MAGNIER Jean et MAZURIER Christian, formateurs au CNEFEI, « Des SES et SEGPA en réseaux ».


Dossiers de la Revue du CERFOP :

  • N° 11 : Les mises en réseau des structures des enseignements adaptés dans le 2°degré.
  • N°12 : Les itinéraires d’accès à la qualification des élèves issus des enseignements adaptés du collège.
  • N°16 : Education à l’orientation et projet d’orientation dans les enseignements adaptés
  • N°20 : Les formations qualifiantes proposées aux élèves des enseignements adaptés à l’issue de leur formation commune.
Vous souhaitez participer à la rédaction d'un article dans la revue du CERFOP

Cliquez ici pour en savoir plus
Pour être tenu informer des actualité du CERFOP, inscrivez-vous à notre liste de diffusion
Pour nous contacter par email ou courrier :

Cliquez ici